Publié le 30/06/2017

Les Espaces Naturel Sensibles de la Manche

En 1979, le Conseil départemental de la Manche s’est engagé dans une politique de préservation et de valorisation auprès du grand public de ses « Espaces Naturels Sensibles » (ENS), représentant une diversité des milieux naturels du département, tels que les tourbières, marais, forêts et rivières, mais également le littoral et le bocage. Une quinzaine de sites ont été acquis afin d’être protégés et mis en valeur, tels que le Cap de Carteret (40 ha), le bois d’Ardennes à Ducey (100 ha), les abords de l’abbaye de Hambye (40 ha) et l’espace ornithologique des Ponts d’Ouve (100 ha). D’autres ENS, plus petits, sont également riches d’une faune et d’une flore rares et menacées. Certains de ces sites abritent par ailleurs un patrimoine bâti exceptionnel tels que les fours à chaux de Cavigny et l’abbaye de Hambye.

En 2010, l’assemblée départementale a choisi de poursuivre cette politique en faveur des Espaces Naturels Sensibles pour les 25 années à venir. 26 sites naturels sont ainsi actuellement protégés dans le département de la Manche.

La gestion des ENS de la Manche par le Conservatoire d’espaces naturels

Dès 2006, le Conservatoire d’espaces naturels et le Centre permanent d’initiatives pour l’environnement du Cotentin (lien vers le CPIE du Cotentin) se sont impliqués aux côtés du Département dans la gestion et la valorisation des ENS de la Manche. Au travers d’un marché public, ces deux structures ont en charge  l’ « entretien, le suivi et la surveillance des ENS de la Manche ».

Les ENS actuellement gérés et suivis par le Conservatoire d’espaces naturels et le CPIE du Cotentin sont :

Tourbière de la Lande mouton
Fosse arthour
Tourbière du Pré maudit
Tourbière des Cent vergées
Marais de Mesnil au Val

Sur chacun de ces sites, le Conservatoire conduit la gestion, la surveillance des sites, le suivi des travaux et l’animation foncière. Il est également responsable de la mise en place et du suivi du pâturage, adapté aux enjeux de préservation de la faune et de la flore de chaque site (races, nombre d’animaux, période de pâturage). Sur les propriétés du Conseil départemental, le Conservatoire suit également le bon respect des conventions agricoles signées avec les exploitants (fauche, pâturage).